résistance armée 2.

 résistance armée 2.

Par le Colonel COLOMB.

 

C’est dans le courant du mois d’avril 1944 que je fus désigné par le « C.O.M.A.C. » pour assumer le Commandement des F.F.I. du Cher-Nord, d’abord à titre officieux, puis ensuite par une lettre de service. Je devais d’ailleurs être confirmé au mois de juin dans cette fonction par le Délégué Militaire Régional adjoint pour P.2. « MARC » (Colonel O’Neill).

Antérieurement à cette nomination, j’avais commencé à prendre part à la résistance en avril 1943 : constitution d’un groupe de village à BOULLERET, d’une trentaine de membres – collaboration avec les représentants de ГО.С.М. à COSNE, Mr et Mme TESTARD jusqu’à la date de leur arrestation (4 mars 1944), d’autre part, avec le Groupe de SANCERRE (BOROCOVITCH et LOUIS), qui s’était rangé sous les ordres du Commandant GAGNERON ; recherches d’armes de récupération et constitution de petits dépôts clandestins.

La première tentative aérienne pour obtenir des parachutages d’armes dans le CHER-NORD, remonte à l’entrevue que je pus avoir le 28 décembre à COSNE au domicile de Mr et Mme TESTARD avec le Délégué Militaire Régional « ARMAND BOULLOCHE ». La question fut évoquée, mais elle n’eut pas de suites en raison de l’arrestation d’ « ARMAND » quelques jours plus tard.

En février, je demandais au « COMAC » de reprendre la question. Vers le milieu de mars, un représentant du B.O.A. vint me voir à MENETOU-RATEL. Quatre terrains de parachutages furent choisis. Malgré plusieurs visites successives de l’Agent du B.O.A. les terrains ne furent jamais homologués par la R.A.F. Il est d’ailleurs probable qu’ils ne lui furent même pas transmis. Le 6 juin, nous attendions encore d’être fixés à ce sujet. Mes rapports avec le B.O.A. en restèrent là.

Au début de mai, je fis la connaissance à PARIS du successeur d’ « ARMAND », le nouveau Délégué Militaire Régional « JARRY ». Il fut convenu qu’il viendrait me voir dans le SANCERROIS.

Mais cette visite, plusieurs fois annoncée, n’eut jamais lieu.

Toutefois, dans les derniers jours de mai, « JARRY » me fit passer un message demandant de me rendre le 29 mai à LAMOTTE-BEUVRON, pour y rencontrer son adjoint « MARC », Délégué Militaire pour P.2. Mon voyage à LAMOTTE-BEUVRON devait me permettre de mettre au point avec « MARC » l’organisation territoriale à donner aux F.F.I. ainsi que la question de leur administration et de leur financement.

Mais il devait surtout me permettre de prendre contact avec le représentant régional du WAR OFFICE « St PAUL », grâce auquel le problème des parachutages devait enfin recevoir une solution rapide et plus complète que nous n’aurions jamais osé l’espérer jusqu’alors.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité