résistance armée 4

Résistance armée 4

par le Colonel COLOMB

A partir du 6 juin, ma préoccupation dominante devint le parachutage d’armes. Elle devait le rester jusqu’au 12 août.

Lors de notre rencontre le 29 mai,pas « St PAUL » m’avait promis de me faire livrer du matériel à bref délai. Il vint me voir à BOULLERET quinze jours plus tard, et après avoir étudié dans le détail la situation dans le département, me promit la livraison d’un nombre minimum d’armes pour les semaines suivantes. Et en attendant les parachutages, il m’emmena le lendemain même (à bicyclette) à VITRY-aux-LOGES, dans la forêt d’ORLEANS, revoir « MARC », qui venait d’y installer son P.C. et solliciter de lui la livraison de six containers à prélever sur un stock important entreposé dans la région.

De retour dans le SANCERROIS, je m’occupais de trouver un camion pour aller chercher les containers en forêt d’Orléans. Le voyage fut retardé par diverses difficultés matérielles, puis par la présence d’un barrage allemand sur le pont de Sully ; enfin je finis par y renoncer définitivement lorsque se produisit enfin notre premier parachutage d’armes dans le département, quelques jours plus tard.

Ce dernier ne se fit pas par l’intermédiaire de « St-PAUL ». Il fut organisé à SURY-près-LÉRÉ même par une femme du Service Secret Britannique (probablement de nationalité américaine) nommé • DIANE » qui s’y trouvait en villégiature depuis trois ou quatre semaines. Sa présence à SURY m’avait été signalée par le Groupe de village local. Elle m’avait d’abord paru suspecte. J’avais consulté « St-PAUL » à son sujet à notre retour de VITRY-aux-LOGES), qui avait reconnu en elle une de ses anciennes collaboratrices dans le Centre de la France.

Invitée par « St-PAUL » à se mettre à notre disposition, « DIANE » qui correspondait directement avec LONDRES par radio, organisa notre premier parachutage, qui eut lieu dans la nuit du 24 au 25 juin à BELLEVILLE, au bord de la Loire.

Ce soir là, nous recevions 12 containers, dont le produit fut partagé entre les groupes de village du SANCERROIS et les premiers maquis de « Monsieur MARSAN » alors en voie de création. Le lendemain soir, un second parachutage, également organisé par << DIANE », avait lieu aux Vallées en face de POUILLY, et les 18 containers qu’il comportait étaient attribués au groupement du CHER-EST, sous les ordres du Capitaine « DURET ».

Une semaine plus tard, enfin, un troisième parachutage d’une vingtaine de containers avait lieu entre SURY-ès-BOIS et VAILLY. Mais cette fois là nous recevions aussi un radio américain nommé « FELIX » qui devait rester à ma disposition et s’occuper presque exclusivement d’organiser avec LONDRES nos parachutages ultérieurs.

A partir de ce moment là, les arrivages d’armes furent aussi nombreux que nous pouvions le souhaiter, et répartis à travers le territoire du département aux points exacts où nos besoins de matériel se faisaient sentir, évitant ainsi les transports par camions qui, en d’autres régions, provoquèrent malheureusement tant de tragiques accidents.

Après avoir ainsi rendu un immense service à la Résistance dans le CHER-NORD. « DIANE » nous quittait vers le 10 juillet pour aller continuer son activité dans la Haute-Loire.

 

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité