résistance armée 7

Résistance armée7

par le Colonel COLOMB.

 

Parallèlement à cette mise sur pied des groupes de maquis dans la région centrale du département, l’organisation des secteurs du CHER-EST et de VIERZON faisait dans le courant de juillet de rapides progrès.

 

Le Capitaine « DURET » avait reçu, comme indiqué plus haut, son premier parachutage (18 containers) le 25 juin. Une quinzaine de jours plus tard, il en recevait un second, beaucoup plus important (45 containers) en plein centre de son secteur, près de VILLEQUIERS.

Dès lors, il devenait possible d’armer des effectifs importants. Les cantons de BAUGY, NÉRONDES, LA GUERCHE et SANCERGUES, qui constituaient son secteur, possédant une densité de population relativement forte, les volontaires ne cessaient d’affluer dans cette zone au fur et à mesure des arrivages d’armes, mais durant cette période, les groupes de Résistance ne devaient pas encore se constituer en » maquis » mobiles, tant que le signal de la guérilla générale ne serait pas donné, pour le département du CHER. Il avait été convenu que les hommes resteraient dispersés dans les fermes et les villages, ne se rassemblant que sur ordre et pour l’exécution d’opérations données. Cette organisation ressemblait en somme quelque peu à celle qui avait été adoptée pour le Sancerrois, comme on le verra plus loin.

A la fin de juillet, le Capitaine DURET avait ainsi recruté et armé environ 250 hommes répartis entre quatre sous-secteurs. Il pouvait en particulier compter sur le concours de plusieurs jeunes Officiers d’active en sorte que le moment venu sa troupe allait se révéler particulièrement mordante et combative, et infliger dans la guerre d’embuscades des pertes sérieuses aux convois ennemis,

L’organisation du secteur de VIERZON allait prendre également dans le courant de juillet sa forme définitive : depuis le 6 juin, un important travail avait été accompli dans cette région, qui, à l’époque, échappait encore totalement à l’action du Commandement Départemental F.F.I.

Dès l’annonce du débarquement allié, « St-PAUL » avait envoyé à VIERZON un jeune Officier français « STAG », pour y prendre contact avec les résistants locaux, appartenant pour la plupart au mouvement VENGEANCE », et leur transmettre ses instructions.

A partir de ce moment, « STAG », était agréé par les résistants de VIERZON comme « un conseiller technique militaire » et il allait s’occuper avec une très grande activité de l’organisation et de l’armement des groupes F.F.I. en cours de création dans le secteur. D’ailleurs, «St-PAUL » attachait une importance très particulière à cette région, en raison de l’utilisation que les Allemands pourraient faire de la route et de la voie ferrée BOURGES-VIERZON pour leurs mouvements de troupe, et en raison aussi des nombreuses usines travaillant encore à VIERZON pour l’ennemi.

 

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité