résistance armée 17

Résistance armée 17

par le Colonel COLOMB.

Par contre, les deux maquis du centre du département, celui d’IVOY et celui de MENETOU, avaient été prévus précisément dans cette intention : formé en petits groupes indépendants, d’une quinzaine d’hommes chacun (avec un ou deux F.M. par groupe), vivant en bivouac dans les bois ou dans les fermes abandonnées, montés sur bicyclettes (bientôt ils allaient être motorisés sur des voitures de tourisme et camionnettes réquisitionnées), les effectifs qui composaient ces 2 maquis atteignaient à la mi-août environ 150 hommes pour IVOY et 200 hommes pour MENETOU. Dans la guérilla qui allait commencer, il leur incomberait d’accrocher l’ennemi aussi bien sur les grands itinéraires latéraux à LAMOTTE BEUVRON-AUBIGNY ou ARGENT SANCERRE et SALBRIS LA CHAPELLE D’ANGILLON – LES AIX – SANCERGUES, que sur la route nationale 140, traversant en ligne droite tout le milieu du département de BOURGES à ARGENT-sur-SAULDRE. Pour accomplir cette besogne d’une manière efficace l’armement et les effectifs ne manquaient pas, mais je ne pouvais oublier qu’il s’agissait, pour les 9/10 de ces derniers,
d’hommes, et souvent aussi de gradés, n’ayant jamais fait aucun service militaire et que nous avions armés, organisés en groupes et expédiés dans leur zone d’opérations dans les trois ou quatre jours après leur arrivée au camp de triage.

Avec des troupes aussi peu expérimentées et aguerries, auxquelles le temps avait manqué de donner un minimum de cohésion et d’entraînement à la manœuvre, il n’allait naturellement pas être possible de se lancer dans n’importe quel genre d’opérations contre l’ennemi.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité