résistance armée 27

Résistance armée 27

par le Colonel Colomb.

 

 

Au 6 septembre, le Sancerrois comptait ainsi une soixantaine de prisonniers de toutes armes.

Les derniers passages de troupes provenant de la « poche » au Sud d’ORLÉANS eurent lieu dans les journées du 1er et du 2 septembre.


Après cette date, les routes par où il était passé tant de convois ennemis, d’ARGENT, d’AUBIGNY et de la CHAPELLE d’ANGILLON en direction de SANCERRE et de la CHARITÉ, se trouvèrent enfin définitivement libérées, et il nous fut possible de concentrer dès lors notre attention exclusivement sur le dernier axe de repli allemand VIERZON-BOURGES-NEVERS, plus au sud.

· VIERZON : A cette date le Capitaine « STAG » disposait de 350 hommes armés environ. D’autre part, les effectifs allemands stationnés dans la ville se maintenaient aux environs de 500, et les passages de troupes se chiffraient pas plusieurs milliers chaque jour.

Le 22 Août sur la route de TOURS à VIERZON, 3 camions chargés de troupes sont mitraillés, deux autres ainsi qu’une voiture légère sont mis hors d’usage pur les « crève-pneus », des pertes sérieuses étant infligées aux passagers. Le même jour enfin, sur la route de VIERZON à BOURGES, un sixième camion est détruit (3 tués et plusieurs blessés).

Le 23 août, combat important, toujours sur la route de TOURS à VIERZON, une trentaine d’Allemands sont mis hors de combat; malheureusement, en revenant de l’embuscade, une des voitures de « STAG » est mitraillée par l’aviation de chasse américaine et perd 2 tués. Et pendant les huit jours suivants, il se produit encore quotidiennement un ou plusieurs accrochages avec des colonnes allemandes sur la route nationale de part et d’autre de VIERZON. Ce n’est que le 1er Septembre que la retraite ennemie par cet itinéraire paraît approcher de sa fin. Le personnel de gare, la D.C.A., la Compagnie de Sécurité, la Feldgendarmerie et la Kommandantur ont quitté VIERZON. Les derniers convois signalés (très importants d’ailleurs) passent soit au Sud de la ville (venant de CHATEAUROUX), soit au Nord se dirigeant de SALBRIS sur BOURGES par NEUVY-sur-BARANGEON, ceux-ci venant naturellement de la fameuse « poche » allemande au Sud d’ORLÉANS, dont les effectifs (comme déjà signalé) avaient commencé à se mettre en mouvement le 28 au soir à travers le territoire du Cher-Nord.

Commentaires

  1. Olivier de Montagu dit :

    Bonjour,

    Auriez-vous l’obligeance de m’indiquer l’identité du Capitaine « Stag », je vous prie ?

    Avec mes meilleures salutations.

    Olivier de Montagu

  2. Musée de la Résistance de Bourges dit :

    Il s’agit de Maurice Belmont de Montagu, né en 1917, chef,à l’été 1944, du groupe FFI Vengeance de Vierzon. Etait en mission à l’extérieur de la ville le jour de la libération le 4 septembre 1944.

  3. Olivier de Montagu dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre aimable réponse, à laquelle je réagis avec un certain retard !
    Il s’agissait de mon père, disparu en 1970.
    Quelqu’un parmi vous l’a t il connu ?
    Merci de bien vouloir répondre à mon adresse mail.
    Meilleures salutations à tous.

Laisser un commentaire

BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité