resistance armee 29

La résistance armée 29

par le Colonel Colomb.

Le 31 août, la section « Masson » exécuta un coup de main contre le dépôt d’essence « Toneline » à ASNIÈRES. Les fûts contenant plusieurs milliers de litres sont percés, 4 Allemands sont blessés, Le 1er et le 2 Septembre, les attaques reprennent contre les convois descendant vers BOURGES par la nationale 140, une voiture d’Etat-Major est détruite et ses quatre occupants sont tués. Mais c’est à l’est de BOURGES, sur les routes menant vers la CHARITÉ et NEVERS, que les engagements les plus durs devaient avoir lieu. Deux sections opéraient dans cette région, celle du Sous-Lieutenant BOURLIER et celle du Sous-Lieutenant MUFFRAGI. Le 26 août, sur la route BOURGES-NEVERS, cette dernière attaque un convoi de miliciens, dont une demi-douzaine sont tués et de nombreux autres blessés, le 28, la même section détruit un camion allemand au passage à niveau de FRANLIEU, tuant 5 et blessant 2 de ses occupants. Le 29 août, elle attaque encore un convoi, puis le 2 Septembre elle prend sous le feu de ses F.M. un groupe de 4 camions allemands sur la route de la CHARITÉ, infligeant des pertes certaines à l’ennemi.

Pendant ce temps, la section BOURLIER, cantonnée près de TURLY, sur la route de BOURGES à SANCERRE, où il ne passait presque jamais de convois allemands, consacrait tout son temps à des destructions répétées sur la voie ferrée BOURGES-NEVERS; le 25 août, coupure à MEHUN-sur-YÈVRE, en 3 endroits. Le 28 août, sabotage de l’aiguillage de St GERMAIN DU PUY. Le 1er Septembre, pose de mines antichars sur la voie à l’est de cette dernière localité.

Le même jour, le Sous-Lieutenant BOURLIER, seul avec un autre soldat, réussit par un coup de main extrêmement hardi à capturer près de BRÉCY une voiture d’Etat-Major avec ses trois occupants, et à la ramener directement au P.C. du Commandant F.F.I. du Cher-Nord. Parmi les papiers saisis sur un des Officiers se trouvait un ordre de marche de la XVIe Division, qui traversait précisément le département ce jour-là, avec indication des itinéraires de repli pour toutes les unités, des dates et des points de passage et de stationnement, etc.. jusque dans la région de Beaune, où cette division devait se rendre.. Cet ordre fut aussitôt remis, dans la soirée à l’Etat-Major américain siégeant à Orléans, qui put ainsi, durant les journées suivantes, faire harceler efficacement par l’aviation et les blindés la XVIe Division en retraite, de l’autre côté de la Loire, jusqu’aux abords de DIJON.

Malheureusement, quelques heures plus tard, l’auteur de cette très brillante capture, le Sous-Lieutenant BOURLIER, tombait aux mains des Allemands et était fusillé par eux la veille de leur départ de BOURGES. Quant à la section qu’il commandait, elle était attaquée à son tour par un fort détachement allemand, et pour éviter d’être cernée, obligée à se disperser en direction de SOULANGIS, heureusement sans pertes appréciables.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité